Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/02/2017

Prison, zone artisanale, école : l’aménagement de la Valsière vire au désastre

Le quotidien Midi Libre nous apprend, à l’occasion du visite de la Justice, à Montpellier que Grabels Euromedecine est un des 2 sites étudiés par le Ministère pour l’implantation d’une Maison d’Arrêt ou d’un QPS (quartier de préparation à la sortie, pour la réinsertion des détenus en fin de peine) de 100 places. Retour sur cette annonce dans un secteur où le n’importe quoi l’emporte sur toute réflexion cohérente d’aménagement de l’espace


L’histoire repasse rarement les plats : en matière d’aménagement de l’espace, les chois des élus entraîne des conséquences  souvent irréversibles.

Les élus de Grabels, et les grabellois, par leur choix aux élections, ont raté une occasion historique : faire du secteur du Salinier le pôle d’équipements publics de demain. Je l’ai souvent dit et mis en avant lors des dernières élections et sur ce blog  : ce secteur, le plus beau qui reste à Grabels, par les perspectives qu’il offre, aurait pu, aurait du être acheté par la commune pour y implanter la deuxième école dont Grabels a tant besoin, puis plus tard, des équipements sportifs (un gymnase par exemple) ou culturels, ou de loisirs.

 

Site Salinier Ecole-2b.jpg

Tract ecole BAT2_1.jpg

Télécharger le document : Tract ecole GA 2014.pdf

Le projet de René Revol lors des dernières municipales fut tout autre : implanter l’école sur un terrain enclavé et étroit à la Valsière, près d’un dépôt de bus, aux accès compliqués, soumis à de fortes contraintes d’inondabilité et sans aucune perspective d’évolution.  Quel intérêt présentait ce terrain ? A part être à proximité de l’opération de logements sociaux Stradivarius, ou acheter un des terrains au groupe GGL, l’aménageur préféré de René Revol avec qui il a fait beaucoup d’ "affaires", pas grand-chose.

Et voilà qu’un article de Midi Libre nous apprend que le ministère de la Justice prévoit d’implanter une  maison d’arrêt (une prison) de 500 places et un QPS (un Quartier de Préparation à la Sortie) structure pour favoriser la réinsertion des détenus en fin de peine , d’une capacité de 100 places dans l'agglomération de Montpellier. OK, sauf que selon Midi Libre, ces 2 établissements pénitentiaires « pourraient être construits à Saint-Jean-de-Védas (sur le site Marcel Dassault) et à Grabels (Euromédecine), deux emplacements soumis au ministre par le président de Montpellier Méditerranée Métropole, Philippe Saurel".

http://www.midilibre.fr/2017/02/23/occitanie-le-ministre-...

 

 Si l’on en croit le quotidien, la préférence du Ministre irait plutôt à Grabels, parce que le foncier appartient à la collectivité locale (en fait la SERM, qui détient tous les terrains d’Euromedecine).

René Revol a tout de suit démenti « tout contact avec le Ministre afin de discuter de ces sujets ». La préfecture assure pour sa part que le Président de la Métropole a été consultée (depuis 15 jours confirme Philippe Saurel), lequel a bien « proposé, selon le Ministre, les 2 sites » (celui de St Jean de Vedas et celui de Grabels).

Le maire précise également que sur « les mêmes terrains » (proposés par Philippe Saurel ? Ah bon, donc il en connait la localisation précise ?), il a en projet une « zone artisanale et un groupe scolaire » (une troisième école ?). Comme la photo de l’article de Midi Libre correspond à l’espace disponible le plus important sur Euromedecine, celui sur lequel j’envisageais la localisation du futur pôle d’équipements publics lors de la campagne électorale, on se perd en conjectures

Télécharger l’article de Midi Libre de ce jour : ML 2017-02-25-1.pdf

Donc, après le 2ème groupe scolaire, sur la Valsière, et alors que le permis a été accordé il y a moins d’un mois (le 31 janvier ), alors que les entreprises n’ont même pas été encore choisies, alors que donc les travaux n’ont même pas encore commencé, pour un école qui devrait ouvrir à la rentrée 2018, le maire envisagerait déjà un 3ème groupe scolaire près du rond point du Salinier ? Il reprendrait mon projet qu’il avait combattu lors des municipes, mais en ayant déjà fait une 2ème école à la Valsière ? Fichtre ? On a déjà besoin d’une 3 ème école ? Le maire s'est planté avec sa 2ème école à 6 M€ ? Et alors que nous sommes déjà les champions de l’endettement de la métropole, sans avoir commencé le la 2ème école à la Valsière, comment va-t-on financer cette 3ème école?

Ou alors il veut faire une zone artisanale ? Sauf que depuis que nous sommes en Métropole, toute zone d’activité économique artisanale ne peut être décidée et financée que par la Métropole. Philippe Saurel qui aurait proposé le terrain d’Euromédecine ferait alors marche arrière ou aurait un autre projet pour satisfaire son « ami » René Revol avec cette zone artisanale sortie du chapeau  ? Lequel « ami » René Revol taille des croupières au même Philippe Saurel sur la Mogère avec le projet du Président de la métropole de transférer l’université Paul Valéry près de la future gare TGV ?

Télécharger l'article de ML sur ce sujet : ML 2017-02-25-3.pdf

Et puis franchement, une zone artisanale, avec des bâtiments d’entrepôts, plus ou moins moches, sur cet emplacement de rêve, faut oser !

Tout cela sent l’improvisation totale et le n’importe quoi : décidément l’aménagement de la Valsière ne fait l’objet d’aucune réflexion d’ensemble, d’aucune cohérence  avec des opérations et des décisions au coup par coup.

Souvenez vous du permis de construire délivré par le maire en avril 2012 pour  l’usine de traitement des déchets médicaux (matières organiques issus des opérations chirurgicales, compresses, seringues, etc) près de la Rue Ranchin ! Il avait fallu l’action des habitants, des conseilles municipaux d’opposition (dont je faisais partie à l’époque) et de plusieurs articles de votre serviteur sur mon blog de l’époque, pour que le maire fasse machine arrière, bien aidé à l’époque par le Présdent de l’agglomération JP Moure. Sans parler de toutes ces voies importantes en impasse, la rue Ranchin et la rue Jérôme Ballard qui font déboucher les flots de véhicules sur la rue de la Valsière , qui s’engorge de jour en jour ! Et de ce fameux espace communal, le « centre de vie » tant vantée par son architecte, avec sa rue intérieure (le plus souvent fermée) et sa fameuse salle, si fonctionnelle et attrayante avec ses WC au milieu !

Pauvres Grabellois, pauvres habitants de la Valsière, l’aménagement urbain n’est décidément pas le fort de cette majorité municipale !

Un désastre !

17:34 Publié dans Ecoles | Tags : la valsière, prison | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

BAH !:
René Revol..( RR comme Rolls-Royce) doit espérer =
1- Que Melenchon devienne Président - limite Ministre...
2- OU/ET que lui même soit élu Député de la République
(mais pas sur Grabels...)
Pour réaffirmer son opposition à ce projet (qui d'ailleurs n'existe pas !)
Tiens on dirait du TRUMP avec ses faits alternatifs...

Écrit par : demosthène | 26/02/2017

Bonjour,
Ce qui est étonnant c'est que d'après les infos (difficilement) disponible dans la presse ou sur le site du ministère de la Justice. Le lieu d'implantation semble plutôt être rue Puech Villa. Coordonnées GPS sur google map: 43.641299, 3.833327
Est-ce que quelqu'un a une confirmation certaine du lieu d'implantation ?

Écrit par : Tepus | 27/02/2017

Bonjour Tepus

Non, aucune information du côté de la mairie : peut-être qu'au cours du conseil municipal de ce soir (18h30 salle du conseil à la mairie), le maire donnera des infos.
A mon avis, il va démentir vigoureusement en s'en prenant à la presse et aux "blogs ou autres réseaux sociaux poubelles", comme il le fait souvent

Écrit par : Pascal HEYMES | 27/02/2017

Toujours d'après la presse, Philippe Saurel Pdt Métropole a lui confirmé qu'il savait, qu'il avait été approché, mais que rien n'était arrêté...
Que faut-il en déduire ? le président cacherait-il des choses à ses vice-présidents ? ou bien un mensonge de plus ?

Écrit par : Carignantais | 05/03/2017

Fake News ! Fake News !...
ça marche pour Trump ! Pourquoi pas pour Revol ?!

Écrit par : demosthène | 06/03/2017

j'opterais pour la réponse numéro 2. Par ailleurs il existe d'autres solutions d'implantation pour ce type de projet. Monsieur le maire le sait parfaitement, nous en avons même parlé .... alors .... la balle est dans son camp et à lui de " défendre " sa commune.

Écrit par : Nicole Ansidei | 06/03/2017

Les commentaires sont fermés.