Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

21/03/2016

Les élus ont-ils fait le maximum dans la lutte contre les inondations à Grabels ?

La lutte contre les inondations a occupé, à des degrés divers, les différentes équipes municipales de Grabels depuis 2001. Au-delà des déclarations d’intention des élus, affirmant, souvent après de graves épisodes pluvieux sur la commune, que les travaux de protection contre les inondations constituent la priorité de leurs actions, qu’en est-il réellement depuis 2003 ? Chronologie commentée des nombreuses délibérations, toutes votées à l'unanimité, des différents conseils municipaux avec le texte de la délibération et le compte rendu des débats


Pendant longtemps, les travaux de lutte contre les inondations à Grabels ne faisaient pas l’objet d’un projet d’ensemble : ça et là, en particulier lors des mandatures d’André Falgueirettes (1990-2001), des travaux furent réalisées mais au coup par coup et qui se résumaient bien souvent à installer des buses dans des endroits où circulait l’eau (celles sur le Redonnel ou celles proches de la pharmacie). C’est en 2004, sous la mandature de Bernard Prunet qu’un projet d’ensemble de lutte contre les inondations, sur le  Rieumassel, fut défini : s’appuyant sur une étude de BRL, la délibération du 30 juin 200, approuvée à l’unanimité , prévoyait la réalisation de 4 bassins de rétention (les bassins, G, I, J, K), l’aménagement du confluent du Redonnel (endiguement et remodelage du terrain) et le recalibrage du Rieumassel.

Télécharger le CR du conseil municipal du 30 juin 2004 :CM-2004-06-30.pdf

et la carte des travaux figurant en annexe 1 de la délibération : carte-des-bassins-de-retention.pdf

 

Le 30 novembre 2004, le coût du projet, acquisitions comprises, avait été estimé à 3,44 M€ TTC : CM-2004-11-30.pdf

De 2006, après de nouvelles délibérations sur une demande d’enquête publique afin d’accélérer l’acquisition de terrain pour réaliser le bassin G, à septembre 2007, la municipalité de Bernard Prunet a pris de nombreuses délibération actant un prix d’achat de terrain jugé important mais nécessaire compte tenu des enjeux (délibération du 22 juin 2007 : CM-2007-06-22.pdf) et permettant de boucler l’ensemble des achats de terrains, après validation d’une enquête publique :CM-2007-09-27.pdf

Début 2008, comme l’annonçait Jean Louis Pagès, nouvel adjoint à l’environnement, aux risques majeurs, la réalisation du bassin G, avait fait l’objet d’une déclaration d’utilité publique, le maître d’œuvre avait été désigné et les acquisitions foncières avait été réalisées. Il aura fallu du temps pour réaliser les acquisitions foncières (mais il avait été nécessaire de passer par une enquête publique compte tenu des réticences des propriétaires sur les prix initialement proposés) mais les travaux du bassin G pouvaient commencer.

En juin 2008, la nouvelle majorité municipale conduite par René Revol prenait une délibération importante pour poursuivre la réalisation des autres bassins et les autres travaux prévus dans l’étude BRL (délibération du 23 juin 2008) : CM-2008-06-23.pdf

René Revol précisait que cette délibération concernait « la poursuite des bassins de rétention. Il semble indispensable de procéder en continue et de ne pas se contenter de ce qui est programmé sur le bassin G; ce qui suppose les acquisitions foncières et le déclenchement de la procédure de déclaration d’utilité publique. Une prise de contact a été faite avec plusieurs propriétaires qui nous ont donné leur accord pour les premières tranches pour vendre les terrains au prix d’achat des terrains du bassin G ». Le maire précisait par ailleurs que les travaux du bassin G démarreraient au mois de novembre 2008

En janvier 2009, la municipalité prenait une nouvelle délibération afin de solliciter les subventions pour l’aménagement des bassins I, J, K, dont le coût est estimé à 1,84 M€ HT. A cette occasion le maire précisait que l’enquête publique aurait lieu en janvier-février 2009 et annonce un début des travaux pour le bassin G en juin (6 mois de retard déjà dans le début des travaux, mais ce décalage entre les effets d’annonces du maire et la réalité du terrain va devenir très fréquenta avec René Revol) avec une durée des travaux de 2 mois : CM-2009-01-14.pdf

En avril 2009, le conseil municipal donnait son avis sur l’enquête publique concernant les acquisitions foncières des bassins, I,JK, ainsi que la mise en compatibilité du PLU.CM-2009-04-27.pdf

A cette date, il semblait donc que le dossier sur la réalisation des 3 autres bassins suivait son cours et que l’ensemble des démarches administratives était bouclé.

En mai 2010, le conseil municipal prend une délibération portant à nouveau sur des demandes de subventions pour la réalisation des bassins I,J,K et des autres travaux (confluence Redonnel - Rieumassel et recalibrage du Rieumassel). Par rapport à la demande de subventions de la délibération de janvier 2009, le coût total des travaux et des acquisitions foncières est précisé (2,01 M€ HT). Surtout la délibération mentionne le phasage prévisionnel des travaux :

2010 : 472 K€ ;

2011 : 504 K€

2012 : 529 K€

2013 : 511 K€

D’après cette délibération, l’ensemble des travaux prévus par l’étude BRL (4 bassins, G, I, J, K et les travaux de la confluence Redonnel/Rieumassel et recalibrage du Rieumassel) devaient être terminés en 2013.CM-2010-05-17.pdf

En mars 2011, le conseil municipal délibère à nouveau sur les demandes de subventions : les travaux d’aménagement sont scindés en 2 phases. L’ensemble des travaux et acquisitions foncières sont chiffrés cette fois à 1,533 M€ HT , et plus aucun phasage de travaux n’est donné. CM-2011-03-21.pdf

Le 6 juillet 2012, le conseil municipal délibère sur le transfert de la compétence protection contre les inondations (y compris travaux) dans la vallée de la Mosson . Ce transfert concerne tous les cours d’eau de la commune ( Redonnel, Rieumassl, Soucarède et Mosson). Le maire annonce à l’occasion de cette délibération qu’à l’automne 2012, « le conseil municipal sera informé du projet de réalisation des bassins I, J, K ». Cet engagement ne sera pas respecté. CM-2012-07-06-2.pdf

Lors de ce même conseil, est à nouveau adoptée une délibération sur la demande de subventions des travaux d’aménagement des bassins I, J et K. Aucune information sur les acquisitions foncières ou la maîtrise d’œuvre pour conduire ces travaux n’est donnée au conseils municipal. CM-2012-07-06.pdf

Le 30 mai 2013 et alors que la communauté d’agglomérations est compétente en matière de protection contre les inondations, le conseil municipal prend à nouveau une délibération concernant la demande de subventions au sujet des travaux sur le recalibrage ponctuel du lit du Rieumassel,- l’endiguement et le remodelage de la confluence du Rieumassel avec le Redonnel ;CM-2013-05-30.pdf

A cette occasion, le maire se « félicite que l’Agglo prenne en charge les bassins I, J et K, dans le cadre de la programmation de lutte contre les inondations du bassin versant de la Mosson »

Le maire ne le dit pas, mais le PAPI 1 est terminé, sans que le moindre début des acquisitions foncières et des travaux sur les bassins de rétention n’aient été engagés. Il ne fait part d’aucune information sur le contenu du PAPI 2.

Rien ne s’est donc passé de 2009 à la fin du premier mandat de René Revol : la lutte contre les inondations a-t-elle toujours été la priorité du maire et de son adjoint Jean Louis Pagès à partir de 2010 ? On peut en douter lorsque l’on constate une forte densification de la ZAC des Carignans (sans que les ouvrages hydrauliques soient revus en conséquence) et surtout lorsque les grabellois prennent connaissance de cet invraisemblable validation du permis de construite de 18 logements, en zone bleue du PPRI et en partie sur des terrains préemptés en vue de la protection des inondations. A ces faits que j’indiquais au maire lors du conseil municipal du 1er juillet 2013, le maire n’a jamais répondu clairement

 Ecouter  le débat sur ce sujet lors du conseil municipal du 1er juillet 2013 : 
podcast

 

La suite, les grabellois la connaissent, beaucoup de manière très traumatisante : les inondations catastrophiques du 7 octobre 2014, avec un bassin G une fois rempli qui n’a pas servi à grand chose et qui s’est fissuré, le Rieumassel qui déborde sur la route de Montpellier et qui fait des ravages au lotissement du Rieumassel, rue du Rio, au lotissement des Bugadières, autour du pont de l’école maternelle et rue de la Grave, pour ne citer que les secteurs les plus touchés de la commune..

Après une gestion attentionnée des sinistrés, le maire met en place un comité de suivi avec un collectif des sinistrés en colère créé au lendemain de ces inondations d’octobre 2014. Ce comité se réunit d’abord régulièrement, avec des annonces de la réalisation d’études à la suite de l’épisode catastrophiques du 7 octobre 2014. Lors du conseil municipal du 28 septembre 2015, le maire annonce que les travaux de protection contre les inondations à Grabels ne sont pas inclus dans le PAPI 2, Il indique qu’il a découvert cet état de fait  lors d’une réunion à l’agglo en 2012, et que lui et M. Pagès ont « été traités par le mépris par le président de l’agglomération de l’époque », Jean Pierre Moure. Cliquer sur la Note du 30 septembre 2015

René Revol a menti : soit en mai 2013, lorsqu’il il se félicitait que l’agglo prenne en charge les bassins I,J, K, alors qu’en 2015, il affirme qu’il apprend en 2012 que Grabels est exclu des travaux du PAPI 2 ; soit en 2015 lorsqu’il rend responsable Jean Pierre Moure de l’exclusion de de Grabels dans le PAPI 2 en 2012. La découverte en 2012 de l’exclusion de Grabels dans le PAPI 2 est peu probable et en tout cas peu compatible avec la priorité maintes fois affirmée par René Revol de lutter contre les inondations. Car,  comme je l’ai l’indiqué dans ma note du 30 septembre 2015, si le maire de Grabels disait vrai,  pourquoi, lui si prompt en matière de communiqué de presse, de vœu, de résolution, de motion, de votation, de pétition,  n’a-t-il strictement rien fait de 2012 à 2014 pour dénoncer et s’opposer à l’attitude et aux positions de Jean Pierre Moure concernant le risque inondations à Grabels ?

 

Lors d’une réunion du comité de suivi, en octobre 2015, le maire annonce l’élaboration de 4 scénarios de travaux pour lutter contre les inondations à Grabels .les sinistrés présents à cette réunion, et sollicités pour donner leur avis, se prononcent tous, logiquement, pour le scénario 4, celui présenté comme maximal, consistant à réaliser certains des bassins de rétention prévus dans l’étude de 2003, et à supprimer 4 goules d’étranglement dans l’écoulement des eaux, en aval du pont de la route de Montpellier.

 

A l’occasion de cette réunion, les grabellois découvrent que le bassin G est fissuré, et surtout qu’il n’a qu’une capacité de 23 000 M3 environ alors même que le programme de travaux initié par Bernard Prunet et poursuivi par la municipalité de René Revol mentionnait un bassin de 60 000 M3, sur la base des études BRL. Du reste un arrêté du Préfet de juin 2011, dont la commune a été destinataire, mentionnait explicitement que la capacité du bassin G était de 27 500 M3, très loin du volume de  60 000 m3 figurant dans l’étude BRL. bassin_retention_arbre_blanc_grabels.pdf

Ainsi, non seulement le bassin G, sous maîtrise d’ouvrage de la municipalité de René Revol a été mal fait, mais en plus sa capacité s’avère 3 fois plus faible que prévu. Si MM Revol et Pagès avaient tant à cœur la lutte contre les inondations, pourquoi cette information sur la sous capacité du bassin G a-t-elle été cachée aux grabellois en 2011 ?

 

Depuis la réunion du 5 octobre 2015, le comité de suivi n’a plus été réuni. Lors du conseil municipal du 15 février 2016, le maire de Grabels déclare que l’avenant du PAPI 2, que la métropole s’apprête à négocier avec l’Etat, retient un scénario 3 et demi, à savoir un agrandissement de la capacité de rétention du bassin G à 61 000 M3, et la suppression de 4 goulets d’étranglement, en spécifiant que le bassin K est une option non retenue pour le moment.

Première colère des sinistrés qui constatent que le scénario maximal, d’un coût proche de celui annoncé en 2004 n’a pas été retenu. Cette colère est avivée lorsque les sinistrés prennent connaissance de la délibération du conseil de métropole le 24 février 2016. Cette délibération portant sur l’avenant à proposer dans le PAPI 2, retient explicitement le scénario 3 sur un total de 6 scénarios, en excluant le scénario 6 maximal, jamais présenté au comité de suivi. Ce scénario 6 prévoyait à la fois la réalisation de l’ensemble des bassins et la suppression des goulets d’étranglement, la reconstruction du pont sur la route de Montpellier qui constitue actuellement un obstacle à l’écoulement des eaux.

Les sinistrés en colère attendent toujours de disposer des informations qui ont permis aux élus de motiver leurs choix : ils ont découvert avec stupéfaction que le maire cherchait à leur faire porter la responsabilité éventuelle d’un échec de l’intégration de l’avenant dans le PAPI 2, les accusant de créer une polémique inutile (cf article de la gazette de Montpellier ou la lettre du Maire aux grabellois) . Ils ont ouvert un compte Facebook qui explicite leur démarche tout en fournissant le maximum d’informations aux grabellois.

compte Facebook des sinistrés en colère

Au final, les élus ont-ils fait le maximum pour protéger les grabellois du risque inondations ? A l’évidence, non, sur la durée. Après une première période (2003-2009) marquée par l’élaboration d’un programme d’ensemble de travaux pour Grabels et la réalisation du bassin G (mais à la capacité très en deçà du volume prévu, comme on le découvrira en 2015) , rien de concret n’ a été mené à partir de 2009 . Aux oubliettes les bassins, I, J, K et les financements qui allaient avec dans le cadre du PAPI 1, Pourquoi les élus de Grabels n’ont-ils pas respecté leur engagement de terminer le programme d’aménagements initiés par la municipalité Prunet et prévu dans l’étude BRL ?

Et l’agglo et la métropole dans tout cela ? : elle a d’abord uniquement porté son effort sur les travaux de lutte contre les inondations sur la basse Vallée du Lez, (Papi 1) avant de porter son effort dans le Papi 2, sur la basse vallée de la Mosson, oubliant le secteur de Grabels, jusqu’à ce qu’en catastrophe, à la suite des inondations d’octobre 2014, les élus tentent de raccrocher à ce PAPI 2 un avenant permettent d’inclure des travaux sur Grabels et Juvignac.

Qu’ont fait les délégués de la commune de Grabels au conseil d’agglo puis de métropole de 2008 à 2015 (René Revol seul de 2008 à 2012, puis René Revol et Thierry Aufranc de 2013 à 2014, puis René Revol et Claire Jabado à partir d’avril 2014) pour peser sur les décisions de la métropole en matière de travaux sur la vallée de la Mosson, en particulier sur le secteur de Grabels ? Qu’a fait René Revol en tant que Vice-président de la métropole, chargé, entre avril 2014 et février 2015, outre sa délégation sur l’eau, des travaux de lutte contre les inondations, pour que les travaux du PAPI 1 soient bien pris en charge par la Métropole ?. Rien sans doute puisque René Revol, avide de communication (cf ses communiqués sur la régie publique sur l’eau) n’a rien dit sur ce sujet.

Il ya bien eu des manquements des élus au suivi et à la réalisation d’un programme défini en 2003. Sans drames humains et fort heureusement pour le moment. Mais le temps perdu se rattrapera-t-il sans dommages ?

Commentaires

bonjour,

Je serais heureux de connaître votre point de vue concernant l'initiative de reporter l'âge laégal du départ à la retraite à 65 ans.

Merci,

Cordialement.

L.Bertrand

Écrit par : lolo34 | 11/04/2016

@ L.Bertrand
Je ne comprends pas bien l'objet de la question par rapport à l'article ou plus généralement par rapport à l'objet du blog. Sauf à considérer que le maire de Grabels, âgé de 69 ans, devrait être à la retraite (de sa fonction de maire) depuis longtemps ?

Écrit par : pascal heymes | 11/04/2016

Bonsoir Pascal Heymes,

J'apprécie vraiment et très sincèrement l'interactivité que vous proposez sur votre blog à contrario du blog de René Revol, où il n'est pas possible de poster le moindre commentaire.

votre réponse concernant ma question sur l'éventualité programmée de reporter l'age légal du départ à la retraite à 65 ans, ne me satisfait pas.

Pourquoi?

Vous avez été 1er Adjoint du Maire René Revol, vous vous êtes présenté lors de la dernière campagne électorale comme adversaire de la municipalité Revol.

Tout cela ne me regarde vraiment pas.

Aussi autant à Revol qu'à vous, je repose ma question


La retraite à 65 ans, qu'en pensez-vous ?

Cordialement.

L.Bertrand


PS : maîtrise des dépenses, et un peu de solidarité...

Écrit par : lolo34 | 11/04/2016

Bonsoir Pascal Heymes,

Comme écrit précédemment, en commentaire sur votre blog,

Je souhaite connaître , votre avis, vos propositions concernant le reporrt de l'age légal àde la retriaite 65 ans.

J'ai dans les mêmes termes adréssé un courriel à René Revol.

Une seule vonlonté, la clarté.

Que pensez-vous du report de l'âge légal du départ à la retraite à 65 ans ?

(même question posée à René Revol)

Cordialement.

L.Bertrand

Écrit par : lolo34 | 11/04/2016

@ L.Bertrand
ce blog que j'anime n'est pas celui d'un élu, encore moins celui d'un candidat et n'a aucune prétention de vouloir donner un avis sur de grands sujets sociétaux qui ne concernent pas Grabels. De ce point de vue, je me différencie très nettement de René Revol, membre éminent d'un parti politique (il est au bureau national du parti de gauche sauf erreur de ma part) L'avis que je peux avoir sur l'âge de départ à la retraite n’intéresse personne, d'autant que, encore une fois, je ne suis aujourd'hui candidat à aucune fonction élective.
J'ai juste pour ambition de donner des infos sur Grabels et de poser des questions sur la gestion municipale
Et par exemple le conseil municipal de ce soir où le maire a présenté un compte 2015 en déficit de 325 K€ en fonctionnement (approuvé sans broncher par la majorité municipale) et en faisant voter une hausse des taux de 10% pour la taxe d'habitation et de 13% pour le foncier (toujours approuvés sans broncher par la majorité municipale) m'intéresse plus que de vous faire part de mon avis sur l'age de départ à la retraite. Payer 250 à 300 € de plus d'impôts ça n'est pas rien tout de même

Écrit par : pascal heymes | 12/04/2016

Bonsoir Pascal H,

Très certainement bien mal éduqué par la vieille paysannerie, je redoute à tout crin, la ville, et ses avis énoncés par des visages talcés et leurs crânes sous la perruque qui font toujours force de loi.
Il n'est donc pas inintéressant que de temps à autre vous vous exprimiez sur l'un ou l'autre des sujets que vous qualifiez à juste raison de sociétal

Je vous réitère tous mes MERCIS et MERDE pour le temps que vous consacrez à la tenue de votre blog et à la qualité de vos publications de gestion concernant la ville de Grabels

Bien à vous.
Lolo34

Écrit par : lolo34 | 12/04/2016

Bonsoir Pascal....
Est ce un efet des décisions "d'économies" de vot'Bon Maire RR ?!.
Toujours est il que selon la Gazette, le tournoi de tennis féminin familier du terrain de terre battue de Grabels - serait "re"centralisé à...
...Montpellier - décision de la Mairie (de Montpellier ?) apparemment - qui aurait omis d'en informer le Département 34 - lequel du coup sucrera(it) la subvention prévue pour la tenue... à Grabels !...

Écrit par : démosthène | 14/04/2016

Je n'ai pas lu l'article de la gazette.
le maire lors du dernier conseil municiapl a assuré que ce tournoi de tennis aurait lieu à Grabels. Donc je n'y comprends plus rien.
par ailleurs, la commune de Grabels n'a jamais subventionné ce tournoi, ni même le club de tennis de l'ASCH

Écrit par : pascal heymes | 14/04/2016

en fait il s'agit d'un "courrier des lecteurs" et non d'un article (lapsus) émis par le département de l'Hérault en réponse à un commentaire de l'adjoint aux sports de montpellier (Mr Abert) qui avait déclaré la décision du CD 34 "minable"...

Écrit par : démosthène | 15/04/2016

Un indice =
http://montpellier-tennis.asptt.com/actualites/lopen-feminin-de-tennis-a-leon-cazal/

Bizarre commentaire =
"conserver le tournoi sur le territoire de la métropole"....
Grabels n'appartiendrait plus à la Métropole ?!

Écrit par : démosthène | 16/04/2016

Je fais appel à votre connaissance de Grabels : je dois me rendre "place Pablo Neruda - Grabels"...
Aucun logiciel - ni GMaps ni Via Michelin - ne trouve cette place ?

Écrit par : démosthène | 24/04/2016

La place Pablo Neruda se trouve à la Valsière en face de la boulangerie : c'est un grand espace vide où se tient le marché (ou ce qu'il en reste) le mercredi martin ; et tous les jours vous avez sur cette place des foodtrucks. Place est d'ailleurs un bien grand mot : il n'y a rien d'aménagé sur cette espace. Après avoir beaucoup promis pendant la campagne des municipales (blablabla, faire une place conviviale, blablabla, un espace de rencontre, blablabla..) le budget 2016 prévoit d'investir 5 000 € en 2016 sur cette place...pour faire une étude.

Écrit par : pascal heymes | 24/04/2016

Ah - la Valsière... Ok je trouverai ! Merci !

Écrit par : démosthène | 24/04/2016

LIEN : après les déclarations (qu'auraient) faites à l'Association Coeur de Grabels (par le conseiller départemental local - selon celle ci: "que tout serait gelé jusqu'à 2017..."
Voila donc que l'Association des riverains lance un appel de fonds pour ... faire un recours contre la décision du TA (après celui de la Mairie)
On n'en sortira jamais...

Écrit par : démosthène | 30/04/2016

Le "serait gelé jusqu'à 2017" s'applique surtout aux voiries départementales INCLUSES en totalité dans le périmètre de la métropole, compte tenu des négociations en cours entre la métropole et le conseil départemental. Or la portion restante du LIEN n'est pas en totalité sur le territoire de la métropole; et donc ne peut donc pas a priori être inclus dans ce qui relèverait de la compétence de la métropole

Écrit par : pascal heymes | 30/04/2016

c'est bien ainsi que je le concevais... plus surprenante encore la référence à l'augmentation de la bétonnisation de la commune (doublement ?)...
nous revenons donc directement dans le sujet de cet article... et là j'ai encore plus de mal à les suivre ! - oser afficher un tel % pour une route, fut ce le LIEN avec une ville aussi étendue et dense que Grabels !

Écrit par : démosthène | 30/04/2016

Oui, je suis d'accord avec vous sur le côté fantaisiste (pour ne pas dire plus) LIEN = doublement de la surface bétonnée dans Grabels. C'est écrit texto dans l'appel de fonds du Comité de défense. Ce n'est pas très sérieux. Tout comme l'argument de la gêne pendant les travaux ! Cela fait quelque peu sourire par rapport aux grandes difficultés que connaissent les habitants de certains quartiers pour sortir aujourd'hui de chez eux compte tenu des bouchons crées par les automobilistes qui passent dans Grabels

Écrit par : pascal heymes | 30/04/2016

""les automobilistes qui passent dans Grabels"""
Dont moi... qui hormis pour aller chez Mrs Clergue pour l'entretien de mon véhicule...
ne vtraverse Grabels (ou ne passe sur le pont / sous la Goule de Laval...) QUE pour des trajets qui avec le LIEN ET l'échangeur ne m'y améneraient plus 1/2 fois par semaine !...

Écrit par : démosthène | 01/05/2016

Les commentaires sont fermés.