Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/09/2015

L’ancien président de l’agglo, Jean Pierre Moure, est-il responsable du retard prévisible des travaux de lutte contre les inondations à Grabels dans le prochain PAPI2 ?

René Revol a affirmé, lors du conseil municipal du 28 septembre denier avoir été traité par le mépris, en 2012, par le président d’alors de la communauté d’agglomération Jean Pierre Moure, qui n’aurait pas intégré dans l’élaboration du PAPI2, l’importance du risque d’inondations sur Grabels.


Pour savoir qui fait quoi en matière de lutte contre les inondations, il faut d’abord bien comprendre la nature des documents qui sont prévus par la loi et connaître les attributions et les rôles respectifs des différents organismes œuvrant dans ce domaine.

 A la base, le législateur a prévu l’élaboration du SDAGE (Schéma Directeur d’Aménagement et de Gestion des Eaux) au niveau des grands bassins hydrographiques. Le SDAGE définit les grandes orientations et objectifs de la gestion de l’eau à suivre pour les 6 prochaines années. Nous relevons du SDAGE du bassin Rhône-Méditerranée, dont la première version date du 15 novembre 1996. Ce SDAGE a été révisé et approuvé le 20 novembre 2009 pour la période 2010-2015.

.Le SAGE (Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux) est la déclinaison locale et opérationnelle du SDAGE sur un bassin versant plus restreint. Le SAGE fixe les objectifs généraux d’utilisation, de mise en valeur et de protection qualitative et quantitative des ressources en eaux superficielles, de transition et souterraines.

En tant qu’outil stratégique de planification de l’eau, il se fonde sur les principes d’une gestion équilibrée et collective de la ressource en eau et des milieux aquatiques. La prévention des inondations constitue un des éléments de cette gestion équilibrée de la ressource en eau. Le SAGE Lez Mosson Etangs Palavasiens (LMEP) dont fait partie Grabels a été révisé en 2014, et approuvé le Préfet de l’Hérault le 15 janvier 2015.

 Le SAGE est élaboré par la Commission Locale de l’Eau (la CLE) , composés d’élus des collectivités territoriales, d’usagers, et des représentants de l’Etat. La CLE peut confier son secrétariat, les études nécessaires à l'élaboration et à la mise en œuvre du SAGE à un établissement public territorial de bassin (EPTB), qui est la structure  porteuse du SAGE.

Les PAPI (Programmes d’Actions de Prévention des Inondations) à l’échelle des bassins versants, ont été lancés en 2002. Ils ont pour objet de promouvoir une gestion intégrée des risques d’inondation en vue de réduire leurs conséquences dommageables sur la santé humaine, les biens, les activités économiques et l’environnement.. Les PAPI sont soutenus par une aide financière de l’Etat, de la Région Languedoc-Roussillon, de l’Agence de l’Eau et du Département de l’Hérault.

Le PAPI du bassin du Lez a été signé pour la période 2007-2013 (avec un avenant en 2014). Ce PAPI-1 comporte une vingtaine d’actions regroupées en 5 axes pour un montant estimé à 55 millions d’euros, qui ont été consommés à hauteur de 91%.

Le nouveau PAPI (ou PAPI-2) va être signé le 2 novembre prochain.

 Le SYBLE (SYndicat du Bassin du LEz) est l’établissement public territorial de bassin (EPTB) du bassin du Lez est. C’est un syndicat mixte d’études, groupant le Département de l’Hérault, la Métropole de Montpellier, la communauté d’agglomération de Sète (Thau Agglomération), la Communauté d’Agglomération du Pays de l’Or (La Grande Motte), et les communauté de communes du Grand Pic Saint Loup et de la Vallée de l’Hérault,

Le SYBLE a pour mission d’animer et coordonner les actions du SAGE et du PAPI pour la mise en œuvre de leurs plans d’actions à l’échelle du bassin versant Lez-Mosson-Etangs Palavasiens en relation avec la CLE.

Le Syndicat est maître d’ouvrage des études présentant un intérêt général à l’échelle du bassin et relatives à :

  • la préservation, l’amélioration et la gestion équilibrée des ressources en eau,
  • la prévention et la gestion du risque inondation,
  • la préservation, la restauration et la gestion des milieux aquatiques et des zones humides,
  • l’information et la formation dans le domaine de l’eau.

 Le SYBLE est présidé par Cyril Meunier, vice Président de la métropole et maire de lattes. Il comprend 3 vice-présidents, don René Revol, élu à la suite de son élection de vice président chargé de l’eau de l’assainissement et de la lutte contre les inondations en avril 2014. Depuis janvier 2015, René Revol n’est plus vice-président en charge de la lutte contre les inondations (la nouvelle vice-présidente en charge de cette délégation est Jackie Galabrun Boulbes, maire de Saint Drezery)

 Le SYBLE n’est pas compétent pour les travaux, ou les études liées aux travaux.  Ce sont les groupements de communes qui restent compétents : autrement dit, pour Grabels, c’est la métropole de Montpellier (et elle seule) qui est compétente pour les travaux prévus dans le cadre du PAPI, mais aussi pour tout travaux, même hors PAPI concernant la lutte contre les inondations.

  

Lors du conseil municipal du 28 septembre dernier, le maire de Grabels a livré des informations sur l’instruction du nouveau PAPI, celui qui va être signé le 2 novembre prochain. Il a déclaré que lors d’une réunion à l’agglo en 2012, il avait été indiqué que le risque inondations ne concernait que 3 maisons à Grabels : de ce fait, le rapport coût bénéfice conduisait à ce que les investissements n’étaient pas nécessaires sur Grabels. René Revol indique que Jean Louis Pagès (adjoint à l’environnement et aux risques majeurs) était en colère (« j’ai dû retenir M. Pagès pour qu’il ne commette pas l’irréparable » (sic ?!!). Il ajoute plus loin que lui et M. Pagès ont « été traités par le mépris par le président de l’agglomération de l’époque «  (Jean Pierre Moure).

Cette épisode est lourd de conséquences : car toujours selon le maire, lors de l’instruction du PAPI, il n’est pas possible d’y inclure des modifications et donc des programmes de travaux pour Grabels. Il est nécessaire, toujours selon René Revol, d’attendre la signature du PAPI 2, qui devrait intervenir le 2 novembre, pour prévoir des modifications (dans le cadre d’un avenant ?) . Par conséquent, il faudra attendre pour que le PAPI 2 prennent en compte les modifications proposées par le maire de Grabels  pour pouvoir démarrer les travaux à une échéance de 4 à 5 ans selon René Revol.

 Ecouter sur ce sujet l’extrait audio du conseil municipal du 28 septembre 2015 :
podcast

 Résumons : si des travaux importants de lutte contre les inondations (travaux bénéficiant des financements au titre du PAPI) ne peuvent être prévus et réalisés rapidement, c’est, dixit notre maire, à cause de Jean Pierre Moure, « traitant par le mépris », les justes demandes de René Revol et de son adjoint Jean Louis Pagès.

 On peut alors se demander pourquoi le maire de Grabels, si prompt en matière de communiqué de presse, de vœu, de résolution, de motion, de votation, de pétition,  n’a strictement rien fait de 2012 à 2014 pour dénoncer et s’opposer à l’attitude et aux positions de Jean Pierre Moure concernant le risque inondations à Grabels.

Car j’ai vérifié dans tous les comptes rendus des conseils municipaux depuis 2011 : aucune mention de ce différend et ce alors même que plusieurs points étaient à l’ordre du jour dans différents conseils concernant la lutte contre les inondations, que ce soit le transfert de la compétence à l’agglo, les travaux sur la confluence  Redonnel –Rieumassel, demande de financements au titre du PAPI, etc….

 Et pendant la campagne des municipales, cette préoccupation de lutte contre les inondations était-elle présente ? La déclaration de candidature de René Revol avait un mot d’ordre : protection-préservation. Protection de la commune en s’opposant au monstre bureaucratique de la Métropole, protection de l’environnement en s’opposant au LIEN, protection de l’emploi, des espaces agricoles et sensibles, des services publics, etc..mais pas un mot sur la protection des habitants contre le risque inondations.

Bien plus, entre les deux tours des élections municipales, René Revol en tant que responsable départemental du Front de Gauche, affirma apporter sans ambiguïté son soutien à Jean Pierre Moure, avant d’être moins précis quelques jours plus tard, comme le rapporte Montpellier Journal le 28 mars 2014 http://www.montpellier-journal.fr/2014/03/quelles-contrep...

 Surtout, lors du dernier meeting de campagne de Jean Pierre Moure, à la tribune du candidat, à la suite de Jean Luc Molina, mandataire financier de René Revol venu apporter son soutien à Jean Pierre Moure , Jean-Louis Pages déclara être présent « pour soutenir la liste de Jean-Pierre Moure.» (cf article précité de Montpellier Journal et Midi Libre du 28 mars 2014)

 

Comment peut-on cacher à ce point aux grabellois un différend aux conséquences potentiellement désastreuses sur la sécurité des biens et des personnes, tout en soutenant, pendant les municipales un candidat (dont vous souhaitez l’élection) qui vous a traité par le mépris et qui a refusé de vous entendre sur la lutte contre les inondations ?

 Quel jeu ont joué ou jouent encore au juste les élus de Grabels en charge de ce dossier ? Peut-on leur faire confiance pour prendre les mesures adéquates pour protéger les grabellois et leurs biens du risque inondations ?

Commentaires

Cette histoire de PAPI serait-elle pipeau ? je n'ose y croire !
Ceci dit, le JP Moure question mépris, il s'y connaissait. Cela l'a conduit dans le mur.

Une idée pour un nouvel article : les conséquences sur le budget communal et l'urbanisation, de la nouvelle sur-taxation foncière des terrains constructibles non bâtis.

Écrit par : Christophe L | 01/10/2015

Au vu de ce qui vient de se passer entre Antibes et Nice, on peut légitimement s'inquiéter pour les semaines à venir en Languedoc !...
On n'est que le 4 octobre !!...
Voir aussi les réactions des habitants de Juvignac ( RR était semble t il présent... ) à ce qu'on leur a annoncé sur le sujet des travaux...

Écrit par : démosthène | 04/10/2015

J'étais absent les 3/4 novembre lors du dernier épisode pluvieux.
( en déplacement sur la Côte d'Azur, j'ai préféré laisser passer une journée avant de rentrer plutôt que d'affronter l'épisode Cévenol de Marseille à l'Hérault et bien m'en a pris ! )
J'ai vu quelques images sur FR3 prises vers Combaillaux / Saint Gely et un commentaire d'automobiliste sur Grabels.
Y a t il eu des débordements szur Rieumassel et alentours ? j'ai vu de la boue et des gravillons dans les rues mais avec les chantiers en cours...

Écrit par : démosthène | 10/11/2015

Les commentaires sont fermés.