Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/08/2015

Comment et pourquoi la décision de transférer la mairie sur l’Esplanade de la cave coopérative a été prise ?

Lundi s’ouvrent les différentes manifestations portant sur l’inauguration de la Maison Commune avec le transfert de la mairie dans ses nouveaux locaux sur la place de la cave coopérative rebaptisée Place Jean Jaurès. Retour sur le processus qui a conduit de juin 2010 à mai 2011 à la décision de transférer les services de la mairie dans cette Maison Commune.


La localisation de la mairie de Grabels a constitué à partir des années 1990 un sujet de discussion et de débats, en particulier pendant les campagnes des élections municipales. Cette question a été une première fois tranchée en 2003, sous le mandat de Bernard Prunet avec l’achat de la propriété Flottes (la maison + l’actuelle cour Charles Flottes + l’actuel parking Jean Ponsy). Cet achat avait été explicitement justifié par la volonté de maintenir la mairie dans le centre historique (voir le compte rendu des débats de ce conseil du 18 décembre 2003). Cette décision avait été votée à l’unanimité d’un conseil municipal où siégeaient 2 adjoints de Bernard Prunet devenus ensuite des adjoints de René Revol (Christine Galant et Richard Campos) ainsi que que René Revol, alors conseiller municipal d’opposition.. En présence de M. Revol, M. Bonzoms, alors chef de file de l’opposition, avait déclaré, que c’était « une bonne chose que la mairie reste dans le centre du village ». M. Campos avait pour sa part précisé que « la superficie de la maison est une extension intéressante pour la mairie » Tous avait approuvé cet achat pour le maintien de la mairie au centre du village.

Pendant la campagne des municipales de 2008, le projet de la liste de M. Revol (dont je faisais partie) avait défendu l’implantation d’une Maison Commune sur l’Esplanade en lieu et place de l’EHPAD, « rassemblant un pôle social, un pôle culturel et de loisirs à la disposition des associations et des habitants » (documents de campagne de la liste Un projet pour Grabels). L’intégration des services de la mairie dans cette Maison Commune n’avait pas été prévue et il avait même été précisé au cours de cette campagne que Maison Commune ne signifiait pas nouvelle mairie.

En 2010 la majorité municipale lance une vaste opération de concertation sur la localisation et l’affectation des différents pôles d’équipements publics dans le village. Les débats concernent les locaux de la mairie rue du presbytère, le site des anciennes écoles et le devenir de l’Esplanade de la cave coopérative.

Dès le départ cependant, la majorité municipale précise dans le cahier des charges de l’étude de concertation que « la commune n'est pas réticente à disposer d'un bâtiment nouveau au droit de l'ancienne cave coopérative dés lors que l'ancien site puisse être destiné à un usage accepté par la population et que le nouveau site de la mairie soit validé ».

Aucun des scénarios proposés par le cabinet conseil dans le cadre de la concertation n’avait prévu une localisation de l’ensemble des services de la mairie, du CCAS, des salles associatives et de Gutenberg dans un bâtiment nouveau sur l’Esplanade. Par ailleurs, la concertation n’avait pas débouché sur une volonté citoyenne forte de transférer la mairie sur l’Esplanade. Pourtant René Revol a choisi et proposé au conseil municipal la construction d’un nouvel ensemble de bâtiments comprenant les locaux administratifs de la mairie, du CCAS, du centre socio culturel Gutenberg, des salles associatives, dans le cadre de la délibération « la validation de l’enveloppe prévisionnelle de travaux et fixation des indemnités des lauréats du concours ».

La délibération portait sur un montant prévisionnel de travaux de 5 M€ HT.

J’avais à l’époque avec 5 autres membres de l’opposition d’alors, en particulier les plus actifs sur cette question comme Vincent Cerclet été Nicole Ansidéi voté contre cette délibération entérinant le transfert de la mairie dans la Maison commune sur l’Esplanade au motif que 

  • La localisation de la mairie au centre du village avait été unanimement actée par les élus en 2003 avec un investissement public important (0,54 M€) sur l’achat de la propriété Flottes
  • Aucune affectation publique claire et cohérente n’était prévue dans les locaux de l’ex- mairie au centre du village.
  • Le projet faisait la part trop belle aux services municipaux (Près de 60% des surfaces nouvelles construites, pour la mairie, 10% pour le CCAS) et ne prévoyait aucune grande salle de 250 m2 pourtant unanimement demandée par les habitants et les associations.

 

transfert mairie

 

  • Le développement de l’intercommunalité se traduirait à terme par une stagnation ou une diminution des effectifs du personnel municipal ce qui ne rendait pas nécessaire de construire des locaux plus grands pour la mairie.
  • Surtout, le coût était élevé et serait probablement dépassé, ce qui pèsera fortement sur le budget de la commune en alourdissant considérablement la dette communale. Ce coût empêcherait d’avoir les moyens financiers pour investir ou moderniser les autres bâtiments de la commune, destinés en particulier à la petite enfance, ou à la bibliothèque, ou les granges de la cour Charles Flottes

Aucune réelle justification du transfert de la mairie sur l’Esplanade n’a été donnée lors de ce débat : les arguments évoqués pour justifier le transfert la mairie on été assez généraux ou techniques : « il faut saisir les opportunités (construire un nouveau bâtiment sur l’Esplanade) » , « il faut doter Grabels d’une mairie digne de ce nom car la commune s’est développée », « il est difficile de faire coexister des travaux de mise mettre aux normes de la marie du village avec des personnels municipaux travaillant dans ces locaux ».

De même, bien qu’interpellés par Nicole Ansidéi, les élus qui avaient défendus et votés l’achat de la propriété Flottes en 2003 (Christine Galant, Richard Campos, René Revol ) pour agrandir la mairie n’ont pas expliqué pourquoi ils avaient ensuite changé d’avis :.

En bref, la volonté de la majorité d’alors était de disposer de nouveaux locaux plus fonctionnels, sans que ce transfert ait donné lieu à une programmation financière précise, couplée avec les autres besoins d’équipements de la commune, eux mêmes générés par la politique municipale d’urbanisation importante de la commune (en particulier sur la Valsière)…et qui a conduit à prévoir dans l’urgence la construction d’une nouvelle école pour 2017

Cette décision a suscité beaucoup d’amertume parmi la population qui avait joué le jeu de la concertation, amertume d’autant plus forte que le choix retenu par les élus ne correspondait pas aux souhaits exprimés par la population.

Le compte rendu exhaustif de ce point à l’ordre du jour du conseil du 9 mai 2011 restitue parfaitement les arguments des uns et des autres.

Télécharger le CR du conseil municipal du 9 mai 2011 sur cette question : CM-2011-05-09-Extr.pdf

Voir aussi le compte rendu de Midi Libre sur cette question (ML du 14 mai 2011) :ML 2011-05-14.jpg

 

transfert mairie

 

4 ans et demi après ce conseil municipal, quelle est la situation ?

  • Le projet chiffré et délibéré à 5 M€ HT (soit 6 M€ TTC) sur lequel devraient travailler les équipes d’architecte en compétition a été évalué, dans le cadre du budget 2015 à 8,4 M€, soit un dépassement de l’enveloppe initiale de 40% ! Et encore, il n’est pas sur que dans cette enveloppe de 8,4 M€ figurent les travaux et installations rendus nécessaires par la Maison Commune, comme le transformateur électrique enterré et le renforcement du réseau d’eau pluvial ou les réaménagements de voirie ;
  • Le bâtiment du centre du village n’accueillera pas le conseil municipal : alors que MM Flacher et Revol, pour justifier l’affectation publique de l’ancienne mairie, assuraient mordicus que les conseils municipaux et des réunions continueraient de se tenir dans ce bâtiment du centre du village. La dernière livraison du journal municipal montre bien, comme je l’avais écrit dans mon ancien blog « L’Avy de Pascal HEYMES », que la plus grande salle (de 120 M2) de cette Maison Commune est bien la salle du conseil municipal. Quant au maintien de l’ex-salle du conseil municipal en salle des mariages, le plus grand flou règne : légalement, en application de l’article 75 du code civil, les mariages doivent se dérouler en mairie et il est très difficile d’expatrier ailleurs la salle des mariages (sans raisons valable)
  • Du coup, aucune affectation précise de l’actuel rez de chaussé de l’ex-mairie n’est annoncée : une nouvelle affectation nécessiterait sans doute des travaux que le budget municipal ne semble plus pouvoir supporter.
  • La création de la Métropole entraine, comme prévu, le transfert de compétences qui devraient réduire le nombre de personnels municipaux administratifs (en particulier en matière d’urbanisme et de voirie/espaces verts)
  • Les travaux sur l’Esplanade sont loin d’être terminés : le boulodrome n’est pas commencé, et seuls les travaux d’’évidage de l’ancien bâtiment du CCAS et la destruction de des bâtiments de l’ancienne crèche et de ses installations près de l’ex-CCAS ont été réalisés : il reste à réaliser les travaux du restaurant dont on a su récemment qu’il ne serait plus associatif ; la fontaine est en rade et les travaux d’aménagement de la seconde placette (après les fameux escaliers) ainsi que de l’accès à la poste peinent à se terminer.
  • La grande salle d’au moins 250 m2 demandés par les associations n’existe pas et aucune programmation d’une salle de cette nature n’est programmée sur ce mandat (la période 2015-2017 évoquée pour réaliser dans l’actuelle partie inoccupée de la cave coopérative n’est plus jamais évoquée)
  • Le centre du village ne compte plus aucune crèche digne de ce nom : la micro-crèche a été délocalisée à l’extrémité du village, prés du Stade Serge Oltra et de ses vestiaires tribunes à 1,4 M€, dans des locaux préfabriqués « améliorés »
  • La bibliothèque est toujours dans ses locaux exigus et la majorité actuelle ne propose aucune solution de locaux plus adaptés
  • Aucun investissement sur les locaux de l’ex-mairie du centre du village n’a été programmé, en particulier sur les granges menaçant de s’effondrer

Mais comme l’écrit le maire de Grabels dans son dernier édito dans le journal municipal, cette volonté politique de transfert de la mairie et de construction de cette Maison Commune et de l’aménagement de l’Esplanade a été « largement confirmé par les élections en mars 2014 ».

La majorité des grabellois sera-t-elle fière de cette réalisation ?

Commentaires

ESPACE COMMUNAL DE LA VALSIERE ?

Depuis l'inauguration en septembre 2013 de la maison communale de la Valsière, je cherche à connaître les services et les activités que cet espace pourrait nous proposer. Malheureusement, jour après jour, je constate que ce lieu reste en permanence volets clos et sans présence aucune.
Je me suis rendu sur le site internet officiel de la commune de Grabels pour y trouver un programme d'activités et services.Je n'y ai trouvé que des horaires de courtes permanences assurées par des agents détachés à l'occasion de leurs postes à temps plein de la Mairie principale de Grabels.

En l'état actuel et depuis au moins trente ans un "actif" demeurant à La Valsière, privé d'un véhicule à moteur, est exclus de fait de la société.

A la Valsière, il est impossible d'adresser un courrier postal, car il n'y a aucun vendeur de timbres dans un quartier de 2000 habitants ! Pas de cyber espace non plus, etc.

Un espace communal à la Valsière est INDISPENSABLE, pour l'heure ce bâtiment coûteux, ne semble servir qu'à de rares réunions politiques. Pensez-y !

L.Bertrand

Écrit par : Lolo34 | 02/09/2015

Puisque vous parlez de courrier à poster... Lolo34 !... (Laurent ?)
L'accès - à pieds - à la Poste de Grabels Centre Ville ressemble actuellement à un parcours d'escalade ou de randonnée en montagne / GR = périlleux !
Et ne parlons même pas d'envisager de stationner en voiture à proximité avant de tenter l'escalade !!
Service (du) Public ?! en net recul à Grabels .....

Écrit par : démosthène | 22/09/2015

Les commentaires sont fermés.